Les haies vives, ou haies bocagères, sont des éléments importants pour l’interconnexion des différents biotopes et participent ainsi à la biodiversité. Elles offrent des espaces protégés aux insectes, petits animaux et oiseaux tout en leur garantissant aussi de la nourriture si des arbustes à baies y sont plantés.

Ces haies vives, c’est à dire non taillées au cordeau, peuvent être composées d’arbustes indigènes, horticoles ou encore agrémentées d’arbustes à fruits. Un choix du rendu visuel ou de la fonction finale est bien entendu à réfléchir dès le début.

Lors de cette premier phase de réflexion, il s’agira d’imaginer la composition de votre haie en répondant aux critères suivants:

  • Climat/exposition: quel est mon altitude, type de sol et humidité, soleil-ombre?
  • Dimension: quel est l’espace à disposition et à quelle hauteur peuvent monter les plantes?
  • Type de feuillage: coloré/panaché ou vert, caduc, persistant?
  • Floraison: quelles sont les couleurs que j’apprécie, étalement de la période de floraison?
  • Fructification: dans quel but, confitures, sirop ou uniquement pour les animaux?

La haie bocagère indigène

Nous parlons d’arbres et arbustes indigènes lorsque l’espèce est native de nos contrées européennes ou de manière plus restreinte de Suisse. Le terme « plante indigène » ne signifie pas qu’elle a été produite en Suisse.

La plupart des plantes indigènes, même arbustives, possèdent une développement important. Il n’est pas rare de rencontrer des sorbiers, noisetiers ou viornes de plus de 3 mètres de haut. L’emplacement aura dès lors son importance, puisqu’il s’agit, afin que la faune puisse en profiter, de laisser une certaine liberté de croissance au plantes. Une haie vive taillée au carré n’amènera rien de plus qu’une haie de thuya, la floraison et la fructification n’ayant que partiellement lieu.

Le meilleur emplacement sera dégagé, pas trop proche de l’habitation et surtout pouvant laisser la végétation s’exprimer. Une taille d’entretien pourra être effectuée en fin d’hiver afin de réguler la vigueur de la haie.

La plupart des plantes indigènes préfèrent un emplacement ensoleillé à mi-ombragé. Leur capacité d’adaptation à tous nos types de sols permet une large amplitude d’utilisation.

Le mélange des espèces ci-dessous vous permet d’avoir une haie attractive toute l’année:

  • Cornouiller mâle, floraison jaune en hiver, fructification comestible rouge, coloration orangée du feuillage à l’automne.
  • Cornouiller sanguin: floraison blanche au printemps, fruits noirs, bois rouge en hiver.
  • Chèvrefeuille des haies: floraison blanc-jaune au printemps, petits fruits rouges toxiques.
  • Noisetier: attention aux allergies, mais possède de nombreux atouts esthétiques et nutritifs.
  • Sureau: floraison blanche printanière puis fructification noire durant l’été. Un must pour la cuisine.
  • Fusain d’Europe: la fructification orange et la couleur automnale flamboyante sont ses atouts principaux.
  • Viorne obier: sa floraison spectaculaire au printemps est suivie d’une fructification rouge, coloration rougeâtre du feuillage à l’automne.
  • Viorne lantane: son feuillage duveteux de grande dimension lui confère un caractère particulier.
  • Prunellier: un des premiers indigènes à fleurir au printemps, il formera de petits pruneaux à l’automne.
  • Aubépine: la belle floraison blanche est très appréciée des abeilles et les fruits rouges des oiseaux.

A ces essences peuvent encore se rajouter des saules, argousiers, caraganas, coluteas, épine-vinettes, sorbiers, érables champêtres ou encore merisiers.

La haie bocagère fleurie

Comme pour la haie vive indigène, elle se composera d’un mélange d’arbustes mais qui, dans ce cas, seront issus de variétés horticoles. On retrouvera dès lors plus d’arbustes à fleurs mais dont la fructification n’est que peu intéressante pour la faune. L’effet visuel est alors plus attractif et décoratif.

Il est toutefois tout à fait possible de mixer des plantes indigènes et des plantes fleuries, ceci permettant l’obtention non seulement de floraison attractives mais aussi d’une fructification.

En plus de la liste ci-dessus, l’adjonction de la plupart des arbustes à fleurs fera l’affaire pour la création d’un écran attractif:

  • Forsythia: un incontournable avec sa floraison jaune.
  • Spirées: grandes ou petites, elles sont très florifères.
  • Deutzies: une grande variété de formes de fleurs et de couleurs.
  • Philadelphus: une famille à la floraison blanche souvent très odorante.
  • Lilas: qu’elles soient anciennes ou plus modernes, les variétés de lilas sont toujours un enchantement.
  • Cornouillers: bois et couleurs de feuillages très diversifiés.
  • Physocarpes: couleurs de feuillages très variées.
  • Weigela: couleurs de feuillages et de fleurs très variées.

La haie bocagère fruitière

Sur le même principe que les deux éléments précédents, il est possible d’intégrer exclusivement des plantes sauvages à fructification comestible et d’y rajouter quelques espèces fruitières horticoles.
  • Cornouiller mâle: la fructification comestible rouge peut-être utilisée pour les confitures.
  • Noisetier: les noisettes sont toujours un délice
  • Sureau: floraison blanche printanière puis fructification noire durant l’été. Un must pour la cuisine.
  • Prunellier: les petits pruneaux serviront à la confection de confitures ou liqueurs.
  • Epine-vinette: les fruits rouges sont reconnus pour leur qualités mais attention, ça pique.
  • Aubépine: les fleurs et les fruits peuvent être utilisées en cuisine.
  • Groseillers, cassis et raisinets. à intégrer sans modération.
  • Espèces fruitières: les arbres fruitiers peuvent parfaitement être intégrés dans ce type de haie.
Lors de l’utilisation culinaire des ces plantes sauvages, veillez à bien vous renseigner sur les méthodes de cuisson et les période de récolte.

Comment répartir mes plantes ?

Selon l’espace que vous pourrez consacrer à votre haie, vous pourrez faire une plantation sur une ou deux lignes. La plantation sur 2 lignes se fera en quinconce, cette seconde méthode ayant l’intérêt de créer des haies plus denses et touffues, mais avec l’inconvénient de nécessiter plus de place.

La distance entre les différents végétaux dépendra de votre volonté de les laisser se développer naturellement ou de les maintenir par la taille. Il convient aussi de modifier l’espacement si vous utilisez des plantes à plus grand développement.

Ainsi, lors d’une plantation en ligne, la distance minimale à respecter est de 80 cm entre les plantes. En quinconce, les 2 lignes seront distantes de 80 à 100 cm, là aussi l’espacement entre les plantes étant de l’ordre de 80 cm. Plus les plantes seront serrées, plus l’intensité de la taille devra être importante.

Notre sélection pour vous

Rejoignez notre communauté
#gardencenter.ch